FITKD News

INTERVIEW DE MAITRE ANZOUMANA SIAKA DANS DES JOURNAUX DE LA PLACE

"....LA STRATEGIE DU CNO CIV EST DE CREER DES TROUBLES DANS LES FEDERATIONS AFIN DE DETOURNER L'ATTENTION DES SPORTIFS SUR LEUR GESTION DEPASSEE, FLOUE, SCANDALEUSE...."

Bonjour Maître. En tant qu'acteur du sport en Côte d'Ivoire, quelle lecture faites-vous de l'Assemblée Générale du CNO qui se tient le 1er février 2018 ?

Je me demande si c'est bien du Comité National dirigé par le Président Palenfo avec pour Secrétaire Général Nah Aminata Fofana qui veut donner des leçons de démocratie aux fédérations qu'il s'agit.

Oui, c'est bien le Comité National Olympique présidé par le Président Palenfo. Pourquoi dites-vous cela ?

Si c'est de ce Comité National Olympique (CNO) qu'il s'agit, alors j'ai honte à leur place. J'ai honte de les voir se comporter comme des clubs de bas quartier où l'on fonctionne sans rien respecter, sans texte, sans règle, sans éthique, sans ligne directrice à suivre. J'ai vraiment honte de voir notre CNO avec des dirigeants qui n'ont aucune considération pour l'image des fédérations olympiques et du Comité International Olympique qu'il représente. J'ai honte de notre CNO pour ce que nous découvrons en ce moment.

Soyez plus explicite pour les lecteurs.

Partout dans le monde, un CNO digne qui se respecte ne fait pas ce que le CNO CIV fait. Voir un CNO qui viole ses propres textes, un CNO qui foule aux pieds la charte olympique, un CNO qui dit une chose et son contraire, un CNO qui, pendant 12 mois, a fonctionné dans l'illégalité, un CNO qui prépare une Assemblée Générale dans le cafouillage comme si le feu était sur leur tête, dans la précipitation et en faisant du faux pour se maintenir au pouvoir, c'est aberrant, c'est honteux.

Donnez-nous des exemples précis.

D'abord sur la fin de leur mandat. A ce sujet, l'article 16 des statuts du CNO CIV dit clairement que leur mandat prend fin au terme du semestre qui suit les JO. Cela veut dire que les mandats de Lansana Palenfo, Alain Ekra, Kouakou Lucien, Coulibaly Siaka Minahaya, Namama Fadiga, Nah Aminata Fofana et autres en tant que dirigeants du CNO CIV ont pris fin depuis février 2017 puisque les derniers JO ont pris fin en août 2016, sachant qu'un semestre dure six (06) mois.

Pour pouvoir rester encore en place, cela aurait dû se décider au cours d'une assemblée extraordinaire qui auraient permis aux membres statutaires d'apprécier le temps à leur accorder pour organiser une Assemblée Générale élective. Première grosse faute très lourde du CNO CIV.

Ensuite, pour la convocation de l'AG du 1er février 2018. Le CNO aurait du associer le mouvement olympique pour déterminer la date, s'il avait du respect pour les acteurs des disciplines olympiques. Et en le faisant de manière unilatériale, le CNO CIV viole les dispositions prévues à l'article 18 du Règlement Intérieur qui dit que les convocations doivent parvenir aux membres un (01) mois avant la date de l'AG, alors que le CNO CIV a certes rédigé les convocations exactement un mois avant (28 décembre 2017) mais les destinataires ne les ont reçues que trois semaines avant, c'est-à-dire dans la première semaine de janvier 2018.

Troisième faute du CNO CIV, c'est sur le pouvoir de représentation. Il est dit à l'article 15 du Règlement Intérieur qu'elle ne se fait qu'entre Président de fédération, c'est-à-dire qu'en cas d'empêchement d'un Président de fédération, celui-ci ne peut que donner son mandat à un autre Président de fédération membre. Sur ce point, le CNO CIV veut que le mandat (pouvoir) soit donné à un membre du Comité Exécutif de la fédération dont le Président est empêché (Cf: son courrier en date du 12 janvier 2018 adressé aux fédérations).

Le quatrième cas de violation concerne l'article 16 du Règlement Intérieur. Cet article dit que le mandat (pouvoir) doit parvenir au CNO CIV 48 heures avant la date de l'AG, quand le CNO dit 216 heures (soit neuf jours avant). Le CNO avait donné comme délai aux fédérations la date du 23 janvier 2018 dans son courrier du 28 décembre 2017.

Une confidence que je vous fais. A ce jour aucun bilan n'a été transmis aux fédérations alors que dans l'ordre du jour proposé, il y a le point sur le quitus à donner sur la base des rapports d'activités et des rapports moral et financier. Comment peut-on discuter des documents dont on n'a pas eu connaissance ? C'est trop grave ce qui se passe.

Vous comprenez à présent les raisons qui fondent l'ingérence du CNO CIV dans les affaires des fédérations pour créer le désordre. En créant des troubles dans les fédérations, le CNO CIV détourne ainsi l'attention des sportifs sur leur mode de gestion dépassée, floue, scandaleuse et les nombreuses manipulations des textes devenue monnaie courante depuis plus d'une décennie.

Voyez-vous, un CNO qui se comporte comme cela, il n'est plus crédible et doit être traduit devant les tribunaux. Je suis heureux que nombre de fédérations prennent les dispositions pour que ces violations évidentes soient signifiées au Comité International Olympique (CIO), à l'Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNOA) et décident de porter des plaintes devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne et les tribunaux ivoiriens. Ce sera regrettable de voir notre CNO se retrouver devant les tribunaux ivoiriens et internationaux. C'est dommage, c'est triste et c'est honteux pour le sport en Côte d'Ivoire.

Que préconisez-vous en tant que dirigeant d'une fédération olympique qui vient de remporter deux fabuleuses médailles aux JO pour la Côte d'Ivoire ?

Quand on a commis de telles fautes aussi lourdes et flagrantes, il faut démissionner et ne plus se faire voir dans le milieu du sport. Ces dirigeants actuels du CNO CIV font honte à la Côte d'Ivoire et au sport. Déjà une affaire est pendante devant le tribunal arbitral du sport (TAS) contre le Président Palenfo qui vient d'être dépouillé de tous ses pouvoirs en tant que Président de l'ACNOA. Si le TAS est saisi à nouveau pour cette combine orchestrée pour organiser une AG, ce sera une autre affaire qui enfoncera le clou contre lui devant le TAS et ses pairs africains qui attendent le verdict du TAS sur l'affaire qui l'oppose au camerounais.

Et ce n'est pas tout. Les Présidents des fédérations olympiques, selon d'autres rumeurs, veulent engager des poursuites contre le CNO CIV sur la gestion dudit comité dont elles (fédérations) n'ont aucune maîtrise depuis plusieurs années. Et une autre plainte se prépare, semble-t-il, contre le CNO CIV sur sa gestion des JO 2016. Il paraît que c'est un dossier en "béton"...Rires... On attend de voir.

Seule une démission collective du bureau actuel peut, peut-être, alléger les choses, sinon ce n'est pas bon pour eux.

Avec tous ces arguments et toutes ces fautes commises, l'AG peut-elle avoir lieu ?

Si c'est pour aller aux élections, ce n'est pas possible. Si le CNO CIV veut forcer, au bout, ce sera la plus grosse honte de leur histoire. Mais l'on peut aller à l'AG et ne pas faire les élections avec tous ces manquements qui sont de nature à ne pas garantir une élection crédible et transparente.

Dans ce cas, le 1er février peut se transformer en AG ordinaire (à condition que les fédérations le décident ainsi) alors elles pourront débattre des sujets d'actualités dont nous parlons sur le CNO CIV, prendre des mesures pour bien préparer l'AG Elective, fixer une nouvelle date pour l'AG élective et mettre sur pied un Comité Adhoc pour gérer le CNO CIV. Ces dirigeants actuels ne sont plus dignes de confiance, au vu des violations de leurs propres textes, du non respect de la charte olympique et des bruits des saisines des tribunaux pour plusieurs délits commis.

Votre dernier mot.

Je souhaite que la sagesse habite le CNO CIV pour avoué qu'il a échoué sur tous les plans et demander la clémence des fédérations olympiques sinon le CIO pourrait décider de suspendre le CNO CIV et engager également des poursuites contre ses dirigeants. Cette mesure est prévue dans la charte olympique et par le TAS.

PROPOS RECUEILLIS LE SAMEDI 27 JANVIER 2018

Me ANZOUMANA Siaka

CN 5è Dan - Instructeur International de Taekwondo

Secrétaire Général de la FITKD

Voir les photos ...

Partage cet article