FITKD News

La WT accentue la pression sur Lassana Palenfo

Crise FITKD – CNO- CIV

La WT accentue la pression sur Lassana Palenfo

L’Intendant-Général Lassana, président du Comité National Olympique de Côte d’Ivoire (CNO – CIV), n’a toujours pas répondu au courrier de la World Taekwondo (WT) en date du 7 février dernier. Lequel courrier émanant du secrétaire général de la WT, Hoss Rafaty, lui enjoignait de s’expliquer en urgence sur l’intrusion malheureuse du CNO-CIV, dans les affaires internes du Taekwondo ivoirien. Devant l’omerta du septuagénaire général, la WT ne compte pas s’en arrêter là. Bien au contraire, par le biais de Corbin Min, Conseiller juridique, et président de sa Commission juridique, la faitière du Taekwondo mondial, par un mail, vient de rappeler à Lassana Palenfo, qu’elle attend toujours sa réponse à son récent courrier. « Cher Général Lassana Palenfo, nous vous rappelons que nous attendons une réponse à la lettre du Secrétaire Général envoyée le 7 février », a écrit Corbin Min, ce mercredi 14 février 2017. Soit une semaine après le courrier de demande d’explication du secrétaire général de la WT.

A l’évidence, la WT met la pression sur le CNO-CIV et son président, car elle veut maintenant prendre une décision définitive dans cette affaire. Excédés par les agissements délictueux du CNO-CIV, qui foule au pied les textes nationaux et internationaux régissant le sport, et même les décisions qu’elle a eu à émettre pour trancher cette crise, la WT ne compte pas laisser davantage son autorité bafouée. De sources bien introduites, si le Général Lassana Palenfo, l’homme qui a monté de toutes pièces et créé cette situation fâcheuse, continuait de faire la sourde oreille, la Côte d’Ivoire sera suspendue de toutes les activités de la WT. Avec une conséquence immédiate, pas de Jeux Olympiques pour les Eléphants Taekwondo ins en 2020.

Pour rappel, dans son courrier du 7 février dernier, la WT a sommé Lassana Palenfo de s’expliquer en « urgence » sur les récents agissements délictueux du Comité National Olympique de Côte d’Ivoire (CNO-CIV) vis-à-vis du Comité Directeur de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD). Les faits mis à sa disposition par le Comité Directeur de la FITKD, étant suffisamment graves. A savoir la prise des locaux du siège technique de la FITKD, le refus du droit de participation à l’Assemblée Générale Elective du CNO-CIV à la FITKD, et le fait de « chercher à imposer par tous les moyens un comité ad’hoc afin de prendre le contrôle de la FITKD ».

Hoss Rafaty a noté qu’en vertu de l’article 2 alinéa 3 (F) et l’article 16 alinéa 1 (i) des statuts de la WT, et des dispositions 26. (1.1) et (1.2) de la charte olympique, que la WT « a le droit et le devoir d’aider à protéger l’autonomie de ses fédérations nationales membres ». Non sans souligner que le Comité juridique de la WT en mai dernier, a tranché cette affaire en déboutant le CNO-CIV, qui « n’a pas fourni de preuves ou de justifications suffisantes devant renforcer sa position ». Le secrétaire général de la WT fait remarquer par ailleurs, à toutes fins utiles, que lui-même, en date du 14 septembre 2017, a adressé une lettre au CNO-CIV, qui confirme les bons rapports que la WT entretient avec la FITKD et son président, le ministre Cheick Daniel Bamba.


SERCOM FITKD

Voir les photos ...

Partage cet article