FITKD News

CRISE CNO CIV/FITKD : LA COUR D'APPEL D'ABIDJAN DIT LE DROIT ET MET FIN AUX DEBATS

LA COUR D'APPEL DIT LE DROIT EN FAVEUR DE BAMBA CHEICK DANIEL ET MET FIN DEFINITIVEMENT AUX DEBATS


L'on attendait impatiemment la décision de la Cour d'Appel d'Abidjan suite à l'appel interjeté par le Comité Directeur de la FITKD contre l'ordonnance du Comité National Olympique Côte d'Ivoire N°040/2018 obtenue en Première Instance en date du 04 janvier 2018. Et bien le droit a été dit le vendredi 1er juin 2018 par le Président de la Cour d'Appel d'Abidjan.


La Cour d'Appel dit et je cite "les dirigeants de la FITKD ont été régulièrement élus comme cela est confirmé par les instances internationales du Taekwondo adressées au CNO CIV. Aucune décision de justice n'a invalidé ou annulé cette élection du 08 avril 2017''. Par conséquent, Monsieur BAMBA Cheick Daniel est bel et bien le Président de la FITKD reconnu par l'Instance du Taekwondo Mondial et par toutes les Instances Internationales. 


Cette Cour a estimé que le Président du Tribunal de Première, fort de ces constats, ne pouvait valablement autoriser le CNO CIV à prendre possession de son siège. Sur la question, le Parquet Général (Ministère Public) représentant la société et qui a en charge de veiller à la préservation de l'ordre public a suivi la Cour d'Appel pour avoir bien dit le Droit. Pour dire que seule la Justice a les compétence et pouvoir pour invalider ou annuler une élection.  Après plus d'un an d'une tempête qu'on a voulu créer à tout prix, Dieu, la Justice et la Vérité ont triomphé de tout ce qui a été monté pour faire "tomber" BAMBA Cheick Daniel. 


Pour mémoire et pour la postérité, le CNO CIV avait pris une décision dépourvue de tout fondement légal aux termes de laquelle elle prétendait suspendre le Président BAMBA Cheick Daniel élu démocratiquement par l'Assemblée Générale de la FITKD le 08 avril 2017 par 213 voix sur 227 votants inscrits dont 10 voix ont voté contre et 04 bulletins nuls sortis des urnes. Et en lieu et place du Comité Directeur présidé par la personne choisit par les Taekwondo ins, le CNO CIV tenait à instituer un Comité Ad hoc. Sur cette base, le CNO CIV avait pu obtenir une ordonnance du Tribunal de Première Instance d'Abidjan, dans des conditions foulant aux pieds les règles du Droit. L'ordonnance délivrée au CNO CIV lui autorisait à prendre possession de force des locaux abritant le siège de la FITKD. Puis, un Huissier de Justice a été requis pour tenter vainement de mettre main basse sur lesdits locaux. Naturellement le premier responsable du Taekwondo ivoirien a fait appel de cette décision du CNO CIV devant la Cour d'Appel d'Abidjan qui, après plusieurs reports, a vidé son délibéré le vendredi 1er juin 2018, lequel ordonne la rétractation de cette ordonnance, autrement dit la Cour d'Appel annule l'ordonnance du CNO CIV. Telle est la genèse de ce feuilleton judiciaire.  


Avait-on  besoin de tirer à boulets rouges sur l'homme dont la politique et le management ont permis de ramener des JO de Rio 2016 ce que la Côte d'Ivoire n'avait jamais obtenu depuis l'avènement de notre indépendance, à savoir deux précieuses médailles olympiques, l'une en Or et l'autre en bronze ? Des médailles obtenues grâce à un gros travail de professionnel abattu en trois ans, entre 2013 et 2016. Etait-il nécessaire de tenter d'humilier le "TUTEUR" du Centre Sportif, Culturel et des Tics Ivoiro-Coréen qui sort de terre depuis un moment entre Adjamé et Cocody, sur le site de l'ancien bidonville appelé ''Washington'' ? Ce centre sportif ou Palais du Taekwondo, Don de la République de Corée à la FITKD, ce pays frère d'Asie séduit par ces grands chantiers menés de main de maître par BAMBA Cheick Daniel et la Communauté des Taekwondo ins. Des acquis hautement majeurs qui font la fierté de la Côte d'Ivoire toute entière.


Malgré tout ce qui a été mis en oeuvre pour briser l'élan du dirigeant héroïque de Rio De Janeiro et salir la Fédération Ivoirienne de Taekwondo devenue aujourd'hui une fédération de référence au plan mondial, la vitrine des fédérations de Taekwondo d'Afrique, Dieu et la Justice ont fait bloc pour faire barrage aux méchancetés, calomnies et jalousies de toutes sortes et laisser place à la Vérité, l'autre nom de Dieu.


Le vendredi 1er juin 2018, la Justice des hommes a tranché cette affaire qui a fait couler beaucoup d'encre, de salive et qui devenait une source d'escroquerie pour certains et une espèce de gagne pain pour d'autres. 


La recréation est à présent terminée, car Dieu reste Dieu. Gloire à lui.


                                                                                                                          Fait à Abidjan, le 5 juin 2018


Le Secrétaire Général de la FITKD

Me ANZOUMANA Siaka

Officier dans l'Ordre du Mérite National

Voir les photos ...

Partage cet article