FITKD News



Taekwondo : L'hommage du ministre des Sports à la Fédération

Le ministre des Sports, Paulin Claude Danho, est fier de la communauté de Taekwondo-in en Côte d’Ivoire. Au pupitre, jeudi dernier, lors de la signature de l’accord-cadre portant sur le Centre sportif, culturel et des Tic ivoiro-coréen Alassane Ouattara, le successeur de François Albert Amichia, a plutôt laissé parler son cœur. Il a d’abord traduit sa satisfaction devant les nombreuses performances réalisées par cette discipline. « La Côte d’Ivoire accorde une importance particulière au Taekwondo car il fait partie des disciplines sportives qui ont permis à la Côte d’Ivoire de glaner de nombreux lauriers en Afrique et dans le monde contribuant ainsi au rayonnement international de notre pays. Et nous sommes persuadés, avec le véritable potentiel actuel obtenu par l’encadrement de qualité (que je salue d’ailleurs au passage) et le soutien de l’État aux athlètes, que nos représentants ont encore beaucoup à prouver », a indiqué le patron des sports en Côte d’Ivoire. Avant de se tourner vers l’ancien ministre de l’Administration du territoire, aujourd’hui Directeur général de l'importante Agence Foncière rurale, Bamba Cheick Daniel, et qui préside depuis 2009 aux destinées du Taekwondo ivoirien. « Je voudrais relever le rôle déterminant joué par le président de la Fédération ivoirienne de Taekwondo (Fitkd) et Directeur du projet, le ministre Bamba Cheick Daniel, qui n’a ménagé aucun effort pour la réalisation de cet ouvrage sportif. Je salue et félicite son engagement et son implication personnelle à tous les niveaux, et avec lui, tous ses collaborateurs ainsi que toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont participé à la réalisation de cet imposant ouvrage dont la construction a duré deux ans et mobilisé les efforts techniques et financiers de l’État de Côte d’Ivoire », a-t-il félicité.
En effet, sans la passion et la vision du patron du Taekwondo ivoirien, ce centre d’une valeur de plus de 7 milliards de F Cfa de la part de la Corée n’aurait pas vu le jour. Dans le film institutionnel présenté au cours de la cérémonie, on a vu le président Bamba Cheick Daniel aller démarcher personnellement cette salle auprès de la maison-mère du Taekwondo (le Kukkiwon) et de l’Agence coréenne de coopération (Koica). La construction d’une salle dédiée à la pratique de ce sport était consignée dans un programme qu’il gardait dans ses affaires depuis 1989. Ensuite, les Coréens ayant versé cet acquis dans le domaine de la coopération entre les deux pays ont paraphé l’accord lors du séjour du Président Alassane Ouattara en République de Corée du 6 au 9 octobre 2014.
Grâce à Bamba Cheick Daniel, le Taekwondo n’est plus l’apanage des quartiers précaires, volant au ras de pâquerettes, comme on le voit avec les autres arts martiaux venus eux aussi d'Asie. Aujourd’hui, les salles d’entraînement de Taekwondo en Côte d'Ivoire, grouillent de monde. Depuis les médailles glanées aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en 2016, on y trouve de plus en plus de bourgeois qui y accompagnent leurs enfants, des directeurs de société, des hauts magistrats, des banquiers etc. Sûrement que le Centre Alassane Ouattara qui est l’une des retombées de cette bonne organisation et des résultats probants de la Fédération va accroître la notoriété de ce sport dans le pays. C’est pourquoi, il était important que l’on trouve un accord-cadre pour donner un statut juridique à l’organe de gestion du Centre : ses attributions, les dispositions financières et le contrôle de sa gestion financière et comptable.
En tout cas, le ministre des Sports compte peser de tout son poids afin que le gouvernement fasse taire définitivement tous les bruits de couloir autour de la construction de ce centre qui porte le nom du plus illustre des Ivoiriens.

https://www.fratmat.info/article/209845

Le 06/12/20 à 18:05

Article vu : 105 fois

Voir les photos ...

Partage cet article