FITKD News



La FITKD et l'INJS signent une convention

La FITKD et l'INJS signent une convention

Tant qu’une discipline sportive n’est pas adossée à une réflexion intellectuelle, elle est vouée à l’échec. Dans la dynamique donc de faire  la promotion  du taekwondo, le président  de la Fédération, Bamba Cheick Daniel et son équipe ont décidé, en collaboration avec les experts de l’Injs  d’introduire  dans cet institut la formation   des étudiants  de sport option taekwondo  afin d’avoir des entraineurs qualifiés et de haut niveau pour perpétuer l’essor de cette  discipline venue de Corée. Après plusieurs séances de travail, le président Bamba Cheick et le Directeur Général  de l’Injs, Sanogo Habib ont jeté  les bases d’un partenariat gagnant-gagnant en   signant un protocole d’accord ce jeudi 12 décembre 2019 à la salle de réunion dudit institut.    C’était en présence de Cissé Salamata, Directeur du centre national du sport de haut niveau, de Akpa Guy, Directeur ENSEPS, de Diarra Adama et des vice-présidents de la FITKD,  Mangala Salif et Grand Maitre  Kraidy Lucien, du DTNA Niava Jean Jacques et du coach Tadjou Attada  .

 Après les échanges de nouvelles, il est revenu  au grand Maitre Kraidy Lucien de faire une ébauche du programme de formation étudiants qui s’articule autour des grands axes suivants : Anatomie, physiologie humaine ; psychologie de l’enfant ; savoirs à enseigner, savoirs pour enseigner ; stages pratiques, rédaction d’un mémoire ou rapport de stage et examens.  Après cette présentation qui a agréé l’ensemble des parties prenantes à ce  projet historique, le Directeur Général de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS) Sanogo Habib et le président Bamba Cheick Daniel ont signé un protocole d’accord.

A l’issue duquel, le premier patron de cet institut n’a pas manqué de féliciter son partenaire.   « Je voudrais féliciter le président de la Fédération ivoirienne de taekwondo pour cet acte historique que nous venons de poser ensemble et  qui fera date dans les annales du sport en Côte d’Ivoire. En effet, il a  plu à la Fédération de taekwondo de s’associer à l’INJS pour formaliser la formation des entraineurs fédéraux au niveau de cette discipline. Depuis quelques années, l’INJS a une filière de professorat de Sport dans lequel sont recrutés des pratiquants des différentes disciplines  sportives. A leur sortie, ceux qui choisissent la filière d’entrainement sportif  ont le diplôme de l’école mais tout ceci doit être adoubé aux fédérations. Il y a également  les diplômes fédéraux et les diplômes internationaux. Cette  cérémonie est d’une importance capitale parce qu’elle nous permet de pouvoir formaliser la formation pour l’obtention de ce diplôme. Tout ce que nous nous sommes dit entrent parfaitement  dans notre mission.   Ces étudiants seront formés selon les règles de l’art avec tout le bag round  qui leur permettra d’enseigner avec la possibilité de faire un Master et un doctorat  en taekwondo pour permettre à cette discipline de continuer son essor  et de continuer d’offrir d’autres lauriers à notre pays », a-t-il souhaité.

Tout en remerciant  le ministre des Sports et le Directeur général de l’Injs, le président  Bamba Cheick s’est réjoui de ce premier pas important vers la promotion de cette discipline.  « C’est un jour nouveau pour le taekwondo ivoirien et je voudrais dire merci au ministre des sports et au  Directeur Général  d’avoir accepté  notre entrée magistrale  dans cet institut. L’entrée à l’INJS  du taekwondo est un avenir assuré parce que tout ce qui n’est  pas fondé sur l’intellect est bon pour la décrépitude.  Il nous faut maintenant de vrais sachants au taekwondo, il faut sortir de la voie de l’artisanat. On est maitre de taekwondo mais on ne peut pas dispenser cette discipline parce qu’il y a des pans entiers  de la connaissance qui nous échappent. Désormais dans les lycées et collèges,  on aura des  professeurs qui  connaissent l’Histoire du taekwondo, qui  savent comment gérer les enfants de trois à quatre ans et qui  savent comment les faire monter progressivement. C’est donc un débouché important pour les athlètes », s’est-il réjoui  avant d’inviter les premiers  étudiants au sérieux et au respect de la hiérarchie.  

Pensionnaire de cet institut,  Gbagbi Ruth Marie Christelle, qualifiée d’office pour les prochaines olympiades en 2020, à Tokyo  et tête de liste de sa catégorie des 67Kg, a estimé que cette collaboration entre la FITKD et l’INJS est une très bonne chose pour eux. Pour rappel, a l’issue de la formation, un Brevet d’entraineur National sera délivré  aux étudiants.

Article vu : 1010 fois

Voir les photos ...

Partage cet article